Real Santuarios de la Virgen de la fuente de la Salud (Traiguera
#

Real Santuario de la Virgen de la Fuente de la Salud


Traiguera

L'origine de la dévotion et du culte remonte à 1384, liés à la découverte de l'image de la Vierge, par les bergers Anastasio et Jaime Sorli. Cela conduisit à la construction d'un petit ermitage qui a été inclus dans le sous-sol de l'auberge actuelle, à côté de la fontaine. 

La route d'accès au sanctuaire était flanquée de sept croix, représentant les sept douleurs de la Vierge, à l'heure actuelle seule la plus proche du sanctuaire est conservée. 

Il fut réalisé par Bautista Vázquez en 1598. L'ensemble des bâtiments qui sont conservés appartient essentiellement au XVIe siècle. Il est formé par l'Église (XVe - XVIIIe siècles), la Casa dels Capellans (XVIe siècle), l'Hospedería (XVIe siècle), le palais des Ducs de Segorbe (XVIe siècle) et la croix appelée « Prigó Cobert » (XVIe siècle). La première église, datée de 1439, avait un plan proche de l'actuelle avec une seule nef, des chapelles latérales et une croisée d’ogives. L'église fut remodelée au XVIIIe siècle. C'est une église à une seule nef, composée de quatre sections et d'un transept, séparés par des arcs en plein cintre soutenus par des pilastres. Le toit intérieur comporte une voûte en berceau avec des lunettes dans la nef, une voûte en berceau dans les bras du transept, tandis qu'au centre de celui-ci s'élève une coupole sur pendentifs. 

Derrière la chapelle principale se trouve la « camarín de la Virgen », à laquelle on peut également accéder depuis la sacristie ; cette partie du presbytère possède sa propre coupole, séparée de la nef par une grille du XVIIIe siècle. Un portique précède l'accès à l’entrée, fait de pierre de taille de 1588 comme l'indique le blason au-dessus de l'arc central. Il possède trois arcs en plein cintre, dont le central est le plus grand, et elle couvre tout cet espace d'une croisée d’ogives. 

Il est aménagé en terrasse au niveau de la partie supérieure, avec la cheminée de l'auberge et le clocher de l'ancien temple gothique visibles à l'arrière. Au sommet se trouve le blason de Carlos V, il s’agit d’un édicule (reliquaire) flanqué de colonnes et avec un fronton triangulaire au sommet. La porte d'accès mentionne la date de 1716, date à laquelle d'importants travaux furent effectués sur le temple. L'intérieur de l'église est décoré de fresques réalisées par Vicente Guilló, avec des thèmes allégoriques de personnages bibliques et des récits concernant la Vierge, la découverte de celle-ci étant représentée. Les tons rouges et ocres prédominent. 

On y trouve aussi des plâtreries avec des motifs de rocaille. L'auberge et la résidence épiscopale sont situées sur la petite chapelle à côté de la fontaine. La cour de l’ensemble, ouverte, est ordonnée avec des arcs en plein cintre ; à elle s'ajoutent l'auberge, les chambres nobles et les salles telles que le « Salón del Obispo ». Les murs de la cour étaient décorés de peintures architecturales ou de trompe-l'œil, dont il ne reste que peu de vestiges. Les salles du rez-de-chaussée présentent des vestiges du carrelage d'origine de l'époque, ainsi que des portes, des fenêtres et des plafonds en bois, ces derniers étant ornés de corbeaux aux motifs anthropomorphes. L'évêque de Segorbe Jofré de Borja était le patron du Real Santuario, comme en témoigne l'exemple d'un bouclier sur une fenêtre. 

Ce complexe fut déclaré « ermitage royal » par Carlos V en 1542, renouvelé par Philippe II et confirmé par une bulle pontificale en 1555. Il a été déclaré Ensemble historico-artistique et comprend : Le Portique (1508), le Temple (XV-XVIIIe siècle), la Croix de la Septième Douleur de la Vierge (terminée en 1598), la Chapelle Fuente del Milagro (XIVe siècle), la Charpenterie d'art mudéjar (XVe siècle), l’Hospice du Cloître (1531-1536) et les vestiges du Palacio del Duque Alfonso de Aragón. C’est un sanctuaire très important qui fut visité par les papes et les rois au cours des siècles. Il y a un restaurant et une zone de loisirs. 

Il a fait partie en 2006 de la Exposición la Luz de las imágenes.


Données


Plus d'informations

On y accède par un chemin marqué de « peirons » ou croix de chemin du XVIe et XVe siècle.